Naïel Work in Progress

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

untitled 2 été 2010

Qu'as tu fait de toi

Me disent-elles

M'agressent-ils

Vos regards/essayant

De rythmer mes pas.

As-tu conscience

de la Violence/

que/

Tu nous fais

Ta présence est une offense /

à la vérité/

De nos IDENTITES.

J'ai juste choisi ma voie

Road-Movie en solitaire/

Sur des routes improbables/

Parcourant les déserts

Terres arides/

sans repères

Dans

votre IMPENSABLE/

Je/

Deviens.


Lesbienne,

Nous/les vraies femmes/

légitimes/

à te classer/te juger/t'insulter/t'expulser

Au mieux te TOLERER/

En niant Ta réalité

A la traîtrise , nous crions

Notre mépris scande ton nom/

Oubliées Wittig et nos actions/

Aujourd'hui/

Haut et fort /nous affirmons/

Tu n'es plus

Il y a vingt ans à peine

Vous/

fracassiez certaines évidences/

luttiez encore pour/

briser vos chaînes

De vos vies/ faire taire le silence.


J'ai juste choisi ma voie

Road-Movie en solitaire/

Sur des routes improbables/

Parcourant les déserts

Terres arides/

sans repères

Dans

votre IMPENSABLE/

Je/

Deviens.

Nous, féministes/

La liberté à disposer de nos corps/

revendiquée/ sans être totalement une réalité

En aucun cas/ ne te concerne

Choisi ton camp d'abord/

Car si une femme / tu n'es pas

Alors pour nous

Un homme

tu seras/

Et féministe tu n'es pas.

Et tous ces regards

Violents/ou

Larmoyants

qui buttent sur/

la réalité de /

mon IMPENSABLE existence

Je les laisse s'envoler/ poussières

de toutes les évidences.

J'ai juste choisi ma voie

Road-Movie en solitaire/

Sur des routes improbables/

Parcourant les déserts

Terres arides/

sans repères

Dans

votre IMPENSABLE/

Je/

Deviens.

Nous, Trans en lutte

pour /

Nos libertés d'existences/

NiéEs/violentéEs

FormatéEs et assujettiEs/

à

la toute puissance/

de la psychiatrie/

d'un état transphobe.

Paradigme de vos évidences.

Nous, les ILS et les ELLES en devenir/

luttant pour le droit à

s'autodéfinir/

Sommes LEGITIMES pour/

T'agresser/ te violenter

te formater...essayer

Mais à nos INJONCTIONS/Tu

Résistes!

Tu te rebelles!

Notre violence sur ton existence

est

Nous le disons/ Légitime

Ni IL ni ELLE/

Pas de testo/ tu t'obstines

Trans, tu n'es pas!

Les cloisons en béton armé/

De vos identités bien

Délimitées/

je les ai/

Fissurées/

Juste à force/

D'exister.

*ceci ne concerne que 95% des lesbiennes/ féministes/trans!

Naïel ,été 2010
Naïel

Auteur: Naïel

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (9)

ga ga ·  18 septembre 2010, 01:01

hey hey,
je sais que c'est du vecu, mais je trouve ca bien ecrit, sincere et pas dutout ds lagression alors que tu pourrais l'etre...et j'aime beaucoup la precision en asterisque ;)
un texte a faire lire!

ga ga ·  18 septembre 2010, 01:02

hey hey,
je sais que c'est du vecu, mais je trouve ca bien ecrit, sincere et pas dutout ds lagression alors que tu pourrais l'etre...et j'aime beaucoup la precision en asterisque ;)
un texte a faire lire!

July July ·  18 septembre 2010, 11:44

Lancinant et beau. À mettre en paroles.

Naïel Naïel ·  18 septembre 2010, 17:17

Merci Ga et Ju. Tu fais la guitare et on demande à Gab de faire la chanteusE?

Renaud Kraal Renaud Kraal ·  19 septembre 2010, 10:59

"C'est pas ta place, bouge de là!" c'est vite rel à entendre, surtout quand c'est partout :D

Renaud Kraal Renaud Kraal ·  19 septembre 2010, 11:08

J'ai eu 3 phases face à ça, je partage:
1) Je vais changer, me mouler ou aller me cacher... ça marche pas.
2) C'est ma place et je vous emmerde... ça marche mais c'est épuisant ;)

Renaud Kraal Renaud Kraal ·  19 septembre 2010, 11:15

3) C'est ma place et si ça te déplait, je te couvre de bisous... ça marche grave : les cons détestent les bisous de ceux qu'ils veulent voir dégager :DDD
C'est kom ça kje suis devenu chieuz intersidéral mais heureuz :))) Y a pas de copyright, tu peux péoch ;)
Merci pour ce poème, c'est vraiment beau :)

Emmanuelle Emmanuelle ·  19 septembre 2010, 23:44

Texte très fort d'où s’échappe une violence inouïe comme s'échappe la violence infligée à ceux qui refusent de se fondre dans le commun de la société.
Pas ou peu de ponctuation, des slashs comme ds coups de hache pour fendre son passage et défendre son identité : la forme même de ce poème semble éclater etcrie le refus de tout format.
Ce poème est un cri de révolte mas pas seulement, c’est le hurlement d’une affirmation de soi, de sa propre identité : « je suis « moi », vous le savez maintenant ! »

Dommage que je ne sois pas musicienne parce que ce texte mérite d’être mis en musique.
Je propose un titre : « in-formated ».

Et je file ce texte sous le bras le faire lire à d’autres ! « in-formated », le monde sera !

Naîel Naîel ·  01 octobre 2010, 02:26

@Renaud: en ce moment c'est je ne vous couvre pas de bisous quand vous me crachez dessus...Je n'ai pas le bisou universel, je pratique plutôt l'indifférence...Mais ma rage reste intacte..la 1 j'ai jamais pu:)
@Emmanuelle: merci pour le titre:)

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

WEB_OMIS_ESSAI_5.jpg

Cis hétéropatriarcat, je te vomis

Cis hétéropatriarcat, je te vomis...

Lire la suite

WEB_DSC3387.jpg

L'origine du queer

L'origine du queer...

Lire la suite