Mot-clé - fêlures

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, mars 8 2010

série No FuTurE 5

 

série No FuTurE 5:Marseille

texte à venir

jeudi, mars 4 2010

Serie No FuturE 3

 

 

Serie No FuturE 3

Les Saintes 22/02/2010

Texte à venir

dimanche, février 21 2010

is that really my dream??? reflexions sur la notion de couple

19/02 2010 Villeneuve les Maguelonnes 2


Is it my dream or my worst nightmare?

Exil ou attente?

espoir ou desespoir?

une autre vie ou une fin de vie?

le calme pour un mieux être ou par trop de blessures?

What is it?


Je ne pense pas que ce soit réellement ce que je souhaite...mais ce que je souhaite  est perdu...est hors d'atteinte ...

Il y  une chose que je n'ai pas compris pendant la période Marseillaise:

Tu m'as mis-e à l'écart, refusé le dialogue, et j'ai respecté ta décison par respect pour toi même si ce n'est pas ce que je souhaitais...Je ne me suis pas battuE pour toi car cela aurait été me battre contre une relation que tu débutais, intervenir dans quelque chose que tu avais entamé avec une autre, cela je l'ai fait par respect..

Peut être était ce une erreur? Peut être avais tu besoin que je me batte pour toi , peut être que ma notion du respect n'est pas la tienne, que savoir que je me battais pour toi était plus important à tes yeux que respecter ton choix, peut être que c'est cela rassurer l'autre...?

Mais comment savoir?

Comment agir pour te rendre heureuse si je ne sais pas ce qui peut te rassurer même si cela peut aller à l'encontre de mes principes sur le respect des individuEs, comment faire si tu ne me dis pas ce qui t'angoisse, ce qui pourrait te rassurer...


Je sais et je peux me battre pour quelqu'un-e, mais où est la limite entre se battre pour toi et le harcèlement? Qu'est ce que cela aurait il voulu dire se battre pour toi? Te rassurer?

Je t'ai laisséE me quitter car j'ai juste respecté ton choix, même si mon coeur hurlait et souhaitait te retenir ( mot que tu utilisais souvent)...Je me demande aujourd'hui si c'était le bon choix...Peut être aurais-je du te harceler ( j'ai un peu de ma avec ça, mais..)...

J'ai un déficit avéré dans la vie de "couple", je n'ai pas toujours eu les bonnes réactions/réponses , je réenvisage aujourd'hui la notion de couple différemment, je réfléchis sur qu'est ce qui peut être le mieux à un moment donné, et je m'aperçois que ce n'est pas forcément le respect à certains moments... Qu'à certains moments il faut juste être là pour te défendre, te rassurer, même si philosophiquement parlant c'est incohérent, qu'il faut le montrer aussi....

Peut être est ce tout cela et plein d'autres choses... Il me semblait être attentionnéE, j'adorais aller chercher le petit déj à la boulangerie quand tu étais encore endormiE, je me glissais subrepticement du lit et revenait pour ton réveil avec l'odeur de la brioche et du café , dont les derniers râles de la cafetière venaient d'annoncer l'arrivée,

...j'adorais ces moments , je partais seulE pour toi , avec dans ma tête ton visage ensommeillé, et revenais pour partager des matins inoubliables...à déjeuner, à se recoucher....sans penser à autre chose que la joie qui m'emplissait le coeur à ce moment là..

Il me semblait aussi que venir habiter à Marseille, était ce que je pouvais donne de plus fort à une personne( je m'étais toujours interdit de le faire par principe), même si j'ai eu du mal à gérer mon installation, même si je n'ai pas plus que toi su dire que je voulais habiter avec toi...

Je pense que tu penses que nous sommes alléEs au bout de cette "relation", et qu'il n'y a pas de solution vivable pour toi. Je pense également, mais ce n'est que mon avis et ce que je ressens un an et demi après, que j'ai changé ( je sais , on ne change jamais complètement), que j'ai réfléchi sur ce que c'est de vivre à deux, d'avoir une relation à deux, et que des principes qui viennent de mon intellect sont en fait pour l'autre des blessures , des ressentis de ne pas assez être aimée, et que ces principes ne font pas le poids au regard de ce que je ressens pour toi...

Mais dire ce que tu ressentais n'était pas fluide et simple non plus...Avec du recul, je peux peut être me mettre à ta place et comprendre ce ressenti et les blessures involontaires que je t'ai infligées, qui pour moi n'étaient en aucune façon des volontés de te blesser, de ne pas être attentionnéE, de ne pas te montrer mon amour pour toi...


Je sais aussi que nous venons et vivons dans des mondes différents et pourtant, je n'ai jamais rencontré une personne avec qui je pouvais échanger sur tout, discuter, aller voir des films que nous aimions et en discuter jusqu'au bout de la nuit , entrecoupé de tendresse , de sexe sans limites, d'endormissements de fatigue , épuiséEs mais détenduEs , heureusEs...

I don't know why , but you're the only one...

Tu m'as attenduE longtemps, c'est mon tour..même si c'est sans espoir...


Parce que peut-être tu as trouvé la personne qui te convenait et que tu es heureuse...et même si ça me déchire les tripes , si tu es heureuse, ai je le droit de te priver de cela?

Mais si un jour , tu te rends compte que ce n'est pas le cas, je serai là, différentE et semblable...C'est pour cela , que je viens te dire les choses à Marseille , après un an et demi, car si j'ai respecté ton silence j'estime aussi avoir le droit de dire ce que j'ai à dire sans aucune injonction, sans aucune obligation de réponse, sans aucune intrusion dans ta nouvelle vie,  parce qu'il faut juste que je le fasse...


seul-e , toutes les routes sont semblables...

19/02 /2010 Villeneuve les Maguelones 1


Nous le savons depuis tout-e-s petit-e-s , nous naissons vivons ou pas, et mourrons seul-e-s...Nous l'avons intégré , pensé et traduit dans nos actes quotidiens, dans nos relations aux autres...Nous sommes autonomes, souhaitons garder et poursuivre notre chemin personnel (cela n'est pas négociable) et ne voulons surtout dépendre de personne...tracer sa route , vivre des amours gérés avec notre intellect surinvesti pour ne pas tomber quand cela se termine, pour ne pas se retrouver en miettes , pour ne pas se retrouver dans le vide si un jour une relation se termine...


Cette pensée anti couple normé, anti symbiose, ne vient pas de notre seul intellect...Elle vient de nos blessures passées, de toute l'amitié ou l'amour qu'on a pu donner et recevoir, de tout ce en quoi on a cru qui nous paraissait si fort et qui un jour a lâchement disparu...Parce qu'on pense malheureusement par analogie, on pense que tout-e-s mettent la même chose sous le terme amitié, que c'est aussi fort des deux côtés, que c'est quasi indestructible...il en va de même pour les relations amoureuses, sauf qu'elles font intervenir en plus le facteur corps...

Cette pensée analogique nous rend chaque rencontre unique et forte, et bien qu'illusoire nous donne l'espoir, la confiance en un autre monde , en des rencontres magiques, et aussi un peu de confiance en nous...

Quand on la rejette parce que complètement irréaliste, parce qu'illusoire, parce que de blessures en blessures, de chutes en chutes, parce que la lucidité ne se choisit pas, elle s'impose à nous un jour et qu'on prefere être lucide que se leurrer,...On de vient juste des Adultes qui ne rêvent plus, qui jettent un regard froid et distant sur toute chose , où il n'y a plus d'espoir ni de desespoir, la vie passe comme un electrocardiogramme plat...nous qui étions des doux reveur-e-s, des toujours prêts à tout recommencer , des champion-ne-s de l'évasion par l'imaginaire, nous avons alors perdu cette partie de nous mêmes...


Dans cette perte de nous mêmes nous avons perdu aussi dans le monde reel ce qui était le plus important pour nous...nous avons laissé la pensée diriger nos emotions, notre passion, notre amour...et de négociations en négociations, nous nous sommes noyé-e-s dans une goutte d'eau...au lieu de jute vivre ce que notre coeur nous battait en rythme...


Et même avec cette pensée lucide en permanence, il reste une partie de nous qui espere re- croire, redonner sa confiance, retrouver ce qu'on a perdu , ceuxlles qui sont parti-e-s de guerre lasse, à tellement y croire et à ne plus nous croire...

Alors effectivement peut-être qu' "Aimer" est un leurre, une illusion, qu'on ne saura jamais ce que l'autre met derrière ces mots , que nos vecus et ressentis sont différends et qu'on ne pourra jamais acceder au ressenti de l'autre, mais est ce si important..? Peut être est ce juste le plus beau cadeau quI existe que de  vivre cette illusion et de redevenir les douc-e-s rêveus-e-s que nous étions?


Je hais ma lucidité et mon intellect...ils me condamnent  à une solitude que je ne souhaite plus, ils me font merder mes relations les plus importantes...Nous ne sommes que des êtrEs humains qui avons besoin de donner et de recevoir, de partager, de vivre avec notre coeur quoiqu'il advienne après, ...moi j'ai rencontré mon rêve ; il est parti ...Depuis il hante mes journées et mes nuits interminables, et je ne rêve plus...

samedi, décembre 12 2009

it's a long long road without end...

dimanche, octobre 18 2009

exit...

Pour illustrer mes propos:

ce-que-le-militantisme-en-groupe-m-a-fait-1


samedi, août 15 2009

try to say End

try to say End

Que pourrais je écrire/

sur nous

quand d'un rêve à peine esquissé

tu déchires/ toutes les moitiés

de ce partage /
il ne me reste /

qu'un bout


on peut jeter le passé/s'embarquer/

pour l'amour fou/ pour un peu d'attention/

pour ce que tu as cru /

ne pas recevoir/

s'arracher d'une maison/

qu'on a portée/

sans fondations...


tu m'as souvent dit/

que je ne savais pas /

te retenir/

qu'il n'y avait pas /

d'amour

seulement/

des preuves damour


Mais n'est ce pas /

une preuve d'amour

que de laisser/

partir/

quand on aime toujours...


pour te retenir/j'aurai du te/

tenir/

je ne tenais que /

des parcelles

d'un rêve en/

devenir

d'une passion qui fut/

ma plus belle


tu étais dejà ailleurs

presque/... par hasard /

j'ai appris /

le mot fin/

sans mots/

sans après/

et sans avant...


le mot fin est /

devenu

Paria/ indifférence

et rejet/

pourtant

il me semble qu'on/

s'est connuEs

pourquoi suis je /

devenuE /

un si grand danger?


Comment ai je pu/

te faire si peur.../

alors que tu aimais dejà/

ailleurs

faut il toujours piétiner/

juste pour/

se protéger...


pour moi/ c'est juste/

des pages qui se sont/

blanchies

au gré de ton déni/

tes défenses /

tu les connais/

tu connais mes failles/

aussi/


tu connais les maux/

et les mots

tu vis les premiers

sans prononcer les seconds

ta colère les /

assène

dans le silence

juste/

le froissement

des photos jaunies/

déchirées...


Penses tu sincèrement/

de ton /

inconscient

en effacer /

toute trace...?


Naïel le 13/08/09 1H05

lundi, avril 20 2009

Du passé qui n'a pas existé

Du passé qui n'a pas existé


A force de vouloir tourner cette page

de notre histoire volée

Par ton déni et ta fierté

Les bords se sont cornés

Marquant à jamais

du sceau de l'indicible

de l'inmontrable/ de l'impensable

des cœurs qui battaient


de la fougue de notre premier baiser

Aux derniers mots jamais échangés

des nos corps qui n'en finissaient plus de se pénétrer

Au désir chaotique qui me traversait



des colères démesurées

qui vous tailladent le cœur

de mon besoin de liberté

de ton besoin de sécurité


De la haine/Amour que tu m'as porté

Au déni qui te fait avancer

de ce que nous n'avons jamais cédé

et de  ce que nous avons partagé


Il me reste un récit sans nom

mes souvenirs fragmentés , incomplets

face au vide que tu as créé

le récit n'a pu devenir histoire...


ironique situation

Que de faire le deuil d'un passé

qui n'existe pas...


il n'y a pas de tristesse, de haine, de colère, de chagrin ...possible

quand l'histoire devient un récit

quand de deux est devenu rien....(...)

Naïel le 20 avril 2H29

jeudi, avril 16 2009

portraits Laet, Ga et la patate GIGNAC Avril 2009 des vraies vacances, enfin:)

portraits Laet, Ga et la patate  GIGNAC Avril 2009 des vraies vacances, enfin:)




Laet


Laet et Ga




Laet



La patate!!



Laet, Ga et la patate



Laet et Ga



Laet,



la patate kiffe la boue





Ga et la Patate












mercredi, décembre 10 2008

vieux post cynique du 25/10/2008

vieux post cynique du 25/10/2008


vieux post cynique du 25/10/2008

vieux post cynqiue ecrit le 25/10/08...suite à une non conversation telephonique..mas que je suis en mesure de mieux comprendre maintenant

Je vais être très cynique dans ce post: le cynisme étant le seul moyen que je possède actuellement pour mettre à distance certaines paroles, pratiques de certaines personnes.

Ceci concerne une certaine personne qui se dit être mon amiE.

Mais cela s'est déjà produit...

Dans certaines relations, dont au moins une partie la définit comme Amitié, il y a une double injonction contradictoire:

Quand tu n'es pas au top de ta forme:

  • demande de l'aide, parle nous, surtout demande de l'aide....

  • quand tu demandes de l'aide on te reproche d'aller mal, et on t'enjoint à aller bien...

L'injonction à demander de l'aide semble rassurer ces personnes qui se déclarent être ton amiE, dans la mesure  où  le simple fait de dire « je ne vais pas très bien» les informe sur un « état » et du coup ne les prend pas au dépourvu quant à des éventuelles conséquences de ce « je ne vais pas bien ».Elles en prennent note, le range dans un petit coin de leur tête pour pouvoir après coup justifier un éventuel acte....

Que proposent-elles?

Elles proposent d'aller mieux , de sortir, mais sans jamais avoir le courage d'écouter vraiment l'autre...Elles mentent pour nous exclure d'une sortie potentielle...les personnes qui « vont mal » déteignent semblerait il...le « mal être serait-il contagieux..?

J'ai déjà expérimenté ces situations via le biais de la maladie, qui n'en est pas une aux yeux du monde médical, qui semble avoir tout pouvoir même sur les relations interpersonnelles...

Elles disent aussi: ne t'inquiètes pas , on est là ( le on est toujours vague, qui cela désigne t il?), on t'aidera dans des problèmes spécifiquement matériels et concrets comme re venir sur Paris...

Que de belles paroles, qui supposent l'implication d'autres personnes, à qui on n'a même pas posé le problème....

Comment avoir confiance dans ces personnes là? C'est impossible  et la boucle se referme, on est seulE pour tout...Mais quand on agit en tant que tel, on nous reproche de ne pas demander de l'aide: l'aide ne se demande pas, elle se propose ….

c'est ce que je pense et ait toujours pensé.

Mais ma naïveté quant aux relations humaines reste, malgré mon passage de romantique à pragmatique, mon mode d'appréhension des relations...

D'un autre côté , demander de l'aide est une chose très complexe puisqu'elle exige qu'on se déclare comme « allant pas très bien » , ce qui n'est pas forcement d'une aide quelconque, et qu'elle espère...

La réponse courante à la demande d'aide est « va mieux » et loin de nous...cela permet aux personnes de te classifier comme « allant mal » ce qui les rassure de te mettre dans une petite case, et de se dire que de toute facon ils n'y peuvent rien.

C'est le côté bonne conscience …

Après coller ces injonctions et leurs réponses dans un concept foireux qui s'appellerait amitié...cela  s'appelle juste de la malhonnêteté...et du peu de take care qu'on peut accorder à ses « amiEs »

L'amitié est un concept foireux, fourre tout qui est du même ordre que celui d'amour....

et je m'arrêterai là mais qu'on ne me parle plus jamais d'amitié ni d'amour....ce sont des paroles dans le vent...il n'y pas d'amour ou d'amitié juste des preuves ….



vendredi, novembre 28 2008

28/11/2008

quand j’étais ado j(avais lu un bouquin qui s'appelait"mes nuits sont plus longues que vos jours"...Today ce serait mes jours et mes nuits sont infinies...des moments d’irréversible douleur qui me font juste pleurer ...me donnent vraiment l'envie de partir...car rien ne rattrapera jamais ce gâchis...à l'abrutissement que me procurent des masses importantes de médocs mais qui ne me font pas dormir...qui ne changent rien ..qui font juste supporter l'insupportable...un moment..
3 semaines ça peut être très court ...comme interminable...et la douleur augmente...
je vide l'essentiel de ma vie...de quelles vies de toute façon..?? jeter le passé ..faire le vide...aller jusqu'au bout....et partir...

jeudi, novembre 27 2008

27/11/2008

j'ai trop mal et je le dis...Il parait que je vais pleurer chez les copines de S...je crève de solitude de galères
et de toutes façons, depuis aout c’était joué...trop mal...j'ai jamais fait cela pour personne...et ce sera et restera ma dernière histoire dA....
et oui la majorité des personnes que je connais et peut être au moins deux amiEs sont s elle m^me et sa meilleure copine...et oui cela ne fait que trois mois que j'habite ici...
et oui j'ai tout fait à l'envers...mais ici je suis seulE , j'essaye de m'en sortir de tenir le choc...mais je n'existe mêm plus dans ses yeux ni dans les miens d'ailleurs..
Et oui alors je peux rester seulE dans mon coin ....pourquoi vivre alors?
je hais le militantisme en ce moment et des personnes en lesquelles j'ai pu croire ...
je suis seulE ici comme à Paris...j'ai tout raté...et je suis indésirable...dans le sens où pas de disponibilité, pas de temps....rien ..le néant....
et oui des fois je téléphone, je lance des sos...résultat...je suis vuE comme une personne à fuir..comment paraitre bien..quand le choc est si rude à encaisser? comment? où? croire à quoi?
je devais descendre dans le sud mais pas y finir comme cela..pas m'y échouer...Je n'ai pas encore épuisé toutes mes ressources pour donner le coup de cutter final...ou peut être trop lâche pour cela....
Paris? Marseille? les villes ne sont rien...j'ai fait un choix important et je me retrouve en déstabilisation totale..perduE à moi même...traitéE comme unE junkie par un vulgaire toubib...allez voir un psy... wouaou la bonne idée , j'en ai déjà pas assez vu comme ça et pris plein la gueule...
Et pourtant j'y croyais...maintenant c'est comme si j’étais la personne à éviter...Quel danger puis- je représenter quand l'autre est très amoureuse et que c'est réciproque?..pourquoi cette froideur...
oui j'ai mal à en crever et cela ça ne se dit pas!

mercredi, novembre 26 2008

26/11/2008

je ne peux plus m'accrocher...je ne rencontre que le vide ...je lâche prise ...juste dormir...

dimanche, novembre 23 2008

23/11/2008

parce que je ne peux pas dire la douleur...ce gouffre qui me dévore les tripes ...l'absence ...le manque de toi..;


parce que  cette souffrance est toujours solitaire...qu'il n'y a plus que le vide...le désespoir...le manque d’énergie...


parce que "faire son deuil" est une belle connerie inventée par les psys...le deuil de quoi ? de la perte? je n'ai jamais rien possédé ...juste ressenti...


parce que plus de mots ...plus d'images...un trou sans nom qui m'aspire jour après jour...juste un froid glacial qui vous transperce...il n'y a plus rien de doux...plus de chaleur..nothing ...nowhere...

ça ressemble peut être à cela:

p03_img03_23_11_08.gif

lundi, novembre 10 2008

ABSENCE


ABSENCE

Parce qu'il n'y a rien à dire...

que la douleur que je ressens j'ai déjà du l'infliger sans pouvoir la mesurer...

parce que j'ai eu 10 fois plus de chances que n'importe qui...

j'ai juste mal de ce que je ne sais , peut donner..que j'envie à ce moment là les bonheurs simples...

parce que j'ai perdu à force de luttes militantes ma joie de vivre...

parce que j'ai mis les mauvaises priorités en avant...

parce que j'ai juste négligé ce que j'avais de plus précieux..

et parce que je ne le retrouverai jamais...

parce que je ne vais pas hurler ma douleur à la face des quelques personnes pour qui je compte un peu encore...

parce que cela ne sert à rien...

parce que pour essayer de tenir un peu encore mes divers engagements, je ne peux que me cloitrer et attendre même si cette douleur ne passera jamais ...Peut être s'atténuera-t-elle avec le temps...?

c'est juste ça...mon absence...


lundi, octobre 6 2008

06/10/2008

juste essayer de tenir jusqu'à la fin de mon projet...qui en appelle d'autres...je suis si fatiguéE , je ne sais pas si je pourrais...l’étincelle s'est éteinte..;

Il y a des murs qu'on ne peut abattre..qu'on ne peut contourner...et des cœurs qu'on ne peut ouvrir..

mercredi, août 29 2007

29/08/2007

 29/08/2007 à 22:45 

Froid...Silence...boule qui me monte du fond de mes intestins...boule dans la gorge...msn...ordi...bloggs...tchats...images et voix qui tournent en boucle...Étrange Apparition en Aout...retour en arrière...cœur qui ne s'est pas relevé...n'aimer que d'amitié...sexe...en pointillés...n'être que légèreté...Douceur des caresses non esquissées...de mots plus jamais prononcés...

Rêves d'ados attardé...réfléchir...subir sa solitude...vivre ne communauté...Faux espoirs/illusions...se résigner...projet en suspens...trop reflechi pour ...na correspondant pas à mon éthique...renoncer/esquiver/remanier...

Factures...Hôpital...Cned...pas de convocation...RV lundi...s'échapper...oublier...ne plus se souvenir...ne plus s'affronter...

Liens sans mots...Parfois des posts griffonnés...abandonnés sur une table à l'aube...Éphémères...Durables..."on voit"...

être ...là...présente au moment...pas plus...pas moins...Est ce la vie? Ma vie?

dimanche, novembre 19 2006

solitude virtuelle untitled

jeudi, janvier 12 2006

in the train..

DESIRE has got me in a train...Desire of a woman ...Desire's train today...so strong desire that nothing wrong could arrive today....

so much Desire that i feel like a fifteen's teeenager who 's going to her first appointment.....it's so good to feel like that..i had forgotten this feeling...

mardi, janvier 10 2006

au-delà de tout grillage...



Au-delà de tout grillage..whatever it is...wherever it is...there is a little part of blue sky which is waiting for us...we 've just have to take time to see it...to dream it...just time to live the present moment under this blue blue sky...and don't thinking about the future......life is here and now...at every second...at every time...and our heart knows where and when it is.....



- page 1 de 2