lundi, octobre 6 2008

Depasser les "identites" or "gender illusion" Oct 08 "As a Girl"? Tgirl?"Trav?

Depasser les "identites" Oct 08


As a "girl"?"Tgirl"?, trav?

AS_A_GIRL_1full.jpg

AS_A_GIRL_6full.jpg

AS_A_GIRL_11full.jpg

AS_A_GIRL_3full.jpg

AS_A_GIRL_5full.jpg

AS_A_GIRL_7full.jpg

AS_A_GIRL_9full.jpg

AS_A_GIRL_10full.jpg

AS_A_GIRL_2full.jpg

samedi, août 23 2008

Aout 2008 en plein chaos....série Gender's illusion

Aout 2008 en plein chaos....Gender's illusion

Gender's illusion 1

What My body can tell you about gender? about sex? nothing...because you can only read it whith binary gender...i can be any gender i want

Gender's illusion 2
Au lieu de "Gender illusion" ce serait plutot "comment les processus qui donnent l'illusion de la naturalité du genre sont invisibilisés".




Gender's illusion 3
Le Genre est aussi l'ensemble des moyens sociaux par lequel "la nature sexuéE" est produite et établiE dans un domaine pré/soc




gender's illusion 4
Mon genre est illisible. Je performe juste une nouvelle "masculinité" issue du milieu Gay, qui n'est elle-même qu'une copie sans OrIgInAl...




Gender'illusion 5

Ce Genre que je performe, quelle categorie de sexe va -t-il etablir??




Gender's illusion 6:

Deplacements d'artefacts mobiles.......

Gender's illusion 7:

Drag, Tboy, Tgirl, lesbiennE, pédéE, trans...? just queer ...



Gender's illusion 8:

girl'seduction....



Gender's illusion 9:

seuls la mise en tension et le mouvement permettent de me lire à "minima" 

samedi, novembre 24 2007

"Torsoplastie"before.............24/11/2007

"Torsoplastie" before.............

lundi 19 novembre

journée longue, il est difficile de faire mes valises pour la clinique et ma convalescence; les informations venant de la ratp ne sont pas encourageantes, toujours aucun RER B , donc demain ce sera la voiture....

Derniers points à régler pour le site , pour que M. puisse continuer le travail pendant mon hospitalisation avec les bonnes informations, derniers papiers, appeler le boulot pour faire déplacer un colis . Cela n'est pas possible tout est automatisé...Cette administration serait elle devenue si moderne d'un seul coup...??.

Début de décompression aussi , du travail à "l'arrach " pour ce projet photos qui a pu être exposé à CIneffable,de tout ce que j'ai apporté et reçu pendant ce festival ,et de toute mon activité sur-debordante ( j'adore ça) depuis les ueeh (juillet), et aussi retrouver des AmiEs au FGLP de Paris, être émuE par ce magnifique film " l'ordre des mots" ...

Essayer de gérer une relation , de ne pas essayer de clarifier la situation tout le temps, me retenir dans la tendresse et mon désir...car je ne perçois pas ce qu'il y a en face, essayer de ne pas tout exploser car je n'ai pas de feed back de ressenti...

juste, en ce moment , penser à moi, me préparer psychologiquement,physiquement...L’arrêt de la cigarette a duré 3 jours avec des reprises et des arrêts, je suis toujours entre deux , l'angoisse me prend et la cigarette repart , alors pour ne pas me détester je me dis que j'ai quand même beaucoup réduit et que c'est déjà ça...

pas de sommeil pour moi cette nuit, trop speed, trop envie d'y être déjà, que ce soit déjà passé...et la peur aussi du même cauchemar qui me hante depuis quelques temps...En fait le chirurgien me fait juste ce qu'il y a marqué sur mon dossier "réduction mammaire "et non une mastectommie...

Mardi 20 novembre

J-1: je fais des bonds après une très très courte nuit. j'essaye tant bien que mal de rassembler mes affaires, de ne pas oublier les papiers importants...Je regarde par réflexe le site de la RATP, trafic non assuré, donc voiture et aussi prévoir le temps des embouteillages assurés...

Je dois être à la clinique à 16h. Je décolle donc de ma banlieue vers 11H30 j'ai rv à 13H15 chez mon "amie" à Paris. Normalement, elle doit m'accompagner. Le souci est que sans permis français et sans métro et bus il est quasiment impossible de revenir de la clinique. Elle commence à regarder pour revenir à pied...je lui dis qu'il vaut mieux que j'y aille toute seulE même si à ce moment , j'ai vraiment les boules.Je suis tout à fait capable de me faire hospitaliser toute SeulE et de m'assumer entièrement, simplement j'aurais aimé sa présence......mais les grèves ...

départ vers 14H15 pour la clinique seulE et en voiture. Arrivée un peu en avance, j'attends un peu dans la salle d'attente . il y a beaucoup de monde , visiblement un nouveau rush d’opérés potentiels du nez des fesses de la cellulite entre aujourd'hui...

Une infirmière m’emmène jusqu'à ma chambre, chambre individuelle non par choix, par obligation pour préserver le secret...Quelques questions , documents à remplir, je lui explique que normalement j'ai une échographie et un ecg de prévu ...elle enregistre et me dit qu'elle va voir...

je m'endors crevéE , epuisée...

Je suis réveillée par un infirmier un peu bouledogue , qui vient me faire l'ECG, au passage il se fait engueuler par celle qui amène le plateau repas vers 18H15. climat moyennement serein...

L'ECG est nickel , mis à part le fait qu'il me dise détendez vous, j'essaye vainement de lui expliquer que je suis zen surtout pour un ECG , ça doit être le 15OOOieme que je passe et que j'ai simplement une Fibromyalgie..."hein , c'est quoi , ça" " connais pas" et il continue sur le même discours...je laisse tomber. Il a fait son job, il sort, ouf pas très sympa le bouledogue!!

je regarde mon repas: un potage froid, une omelette (?) très très jaune et des pâtes de la même couleur, un yaourt et une compote. V. avait raison tout est très jaune un peu space, mais je mange car demain ce sera la diète...

je ressors voir l’infirmière assez coole pour l'échographie, vu l'heure , je me dis qu'ils m'ont zapéE. au passage je lui demande la betadine pour la douche et l'hextril pour le bain de bouche. arf elle avait oublié le rasage aussi sous les aisselles...pour l’échographie elle me dit d'attendre que c'est prévu....

En fait je n'ai qu'une envie prendre ma douche à la betadine, me coucher  et dormir et ne me réveiller qu’après l’opération.Le cardiologue vient me chercher vers 22H00, et on descend à sa consultation, il ont des horaires un peu sPAces dans cette clinique . l’écho est ok et en prime je lui demande le nom d'un médicament dont on m'a parlé pour mes troubles cardiaques qui pourrait m'aider. miracle il le connait, il me file une doc dessus.

Retour dans ma chambre: avant la douche quelques photos avec le double miroir juste pour le fun. douche soignée avec la betadine , ça vous laisse une odeur de désinfectant partout c'est beurkkkkkk. Rinçage de bouche à l'Hextril. et hop médicaments habituels pour moi et départ avec la télé en sourdine pour le grand sommeil...

24_11_07.jpg


jeudi, novembre 22 2007

"Torsoplastie" veille à la clinique 21 NOV 2007

VEILLE DE MA "Torsoplastie" EN CLINIQUE PARCOURS PRIVE LIEU INCONNU

Auteur : avatarMyOwnPrivateGender
Tags : FTMLGBTTRANSTRANSGENDER MASTECTOMMIE FRANCE
Envoyé : 22 novembre 2007
Note :0.0
Votes :0

mardi, septembre 25 2007

chirurgie 25/09/07

chirurgie

Ça y est rendez vous pris pour la ""Torsoplastie"( mammectomie(, ce sera le mercredi 14 novembre...contente...hier je sautais de joie...

Discussion avec K. au téléphone aujourd'hui...Pourquoi? Pourquoi enlever ces seins (pas si gros il est vrai!) avec lesquels j'ai plus ou moins vécu pendant 36ans? d'un point de vue politique , n'est ce pas plus subversif de garder ces seins et de se revendiquer "trans " au sens où je l'ai défini pour moi auparavant...ni Homme, Ni femme..., car aucun genre ne me convient dans cette société et ne me conviendra jamais à part ce que j'aurais réussi à vivre en tant que personne.

effectivement, il y a des chances que dans la rue on me dise plus souvent monsieur, jeune homme, car jusque là souvent mes seins et mon visage de près les ramenaient à madame...Cette nécessité de toujours vouloir vous caser dans un binaire construit de toutes parts...Est-ce si difficile d'accepter de rester dans le doute..et de ne pas assigner à quelqu'un un genre...

personnellement,je ne veux ni être assimilée à un homme ni à une femme (en tant que genre)...je veux gommer tout les exacerbations d'un sexe ou de l'autre... peut être vers un idéal d'androgynie...sans seins je serai moi complétement et sans hormones, moi Naïel et aussi Natacha ( je ne déteste pas mon nom ni le fait qu'il renvoie à un identité femme, mais Naïel est une revendication politique et un rappel du binaire qui nous bouffe, qui nous ronge)...

Tout le monde essaye de me protéger d'un soi disant effet de mode venant du "monde" FTM, mais je ne suis pas FTM et même chez les FTm, les nuances sont perceptibles et la binarité n'est pas le maître mot pour une petite partie...

prendre la décision de se faire opérer ne se fait pas à la légère, et le oui l'emporte sur le non.

Mon physique sera plus en accord avec ce que je suis, certainEs tendent plus vers un physique d'apparence masculine et veulent un M sur leurs papiers ou un F , moi je veux juste qu'on abolisse le sexe sur les papiers...Ni M, ni F, Ni X... Dégenrer le langage aussi qui est un outil puissant de politique... le Il ne me convient pas, le Elle non plus, alors je dirais just El (le elle sans ailes de Nexus)

Je me bats avec et pour les Trans' pour les nouvelles revendications d'une société non binaire,avec une partie des trans qui sont  invisibilisé.es et réassigné.es à un sexe binaire...Tous ceux qui remettent en cause  les questions de sexe, genre et désir qui sont basiquement assujettis au schéma patriarcal heterosexiste.

En bref je me bats contre les normes en place parce que je crois que des choses peuvent bouger , et je ne veux surtout pas être invisible ni assigné à un quelconque genre que ce soit...la société serait prête je dirais "destroy genders" mais le chemin est loin et les consciences ( aussi dans le milieu LGBTQI) bien abruties...donc pour l'instant it's just "Fucking genders"...le passage par des identités mouvantes et instables est une étape ....

jeudi, août 23 2007

correspondance 2


web_le_pouy_13_aout_046.jpg


I know that...je connais l'autodestruction...mais je ne sais pas si t'accorder 10 jours d'excès après les traitements est un péché...tu m'as toi même dit que je devrais moins boire avec mon rivotril , lol, et je n'ai pas aimé, car j'estime que moi tout comme toi j'ai le droit de m'absenter de mon corps de temps en temps et de vivre même si c'est dans l'excès, je sais que j'arriverai peut être à me récupérer...


Mais tu sais comme moi que beaucoup de personnes ici masquent leurs souffrances leurs béances derrière la fête et les lendemains amers des gueules de bois...et elles sont néanmoins perceptibles approchables...juste ce qui fait de nous des êtres humains...
Après beaucoup de personnes s'autorisent à vivre pendant 10 jours à fond, au bout de leurs limites car il y a un cadre malgré tout...ce n'est pas la vie réelle...juste un possible pendant 3 semaines...juste une illusion vécue, partagée, retrouvée, comme quand on était ados et que tout semblait possible...ce ne sont pas des rêves de toute puissance juste des instants d'abandon de soi aux autres , à la tendresse, à la chaleur, aux rires partagés, au vécus non dits mais ressentis...peut être un ressourcement, une autodestruction, un espace de débauches , un rêve d'enfant ...chacune y prend et y trouve ce qu'elle veut ou peut...avant de retourner avec ce possible dans le cœur dans sa vie...
Moi cet été j'ai pu vivre dans autre chose que la souffrance, que le mal être, que les automutilations, les pompiers, les TS, et je crois que peut-être pour certaines c'est de l'autodestruction, mais pas pour moi, JE SUIS et JE VIS, et autour de moi je fais souffrir beaucoup moins de personnes en étant dans cette vie, en étant un peu plus légère que quand je reste en moi, mutique, et où j'ai vraiment envie de me faire du mal...là j'ai tout simplement envie de me faire du bien et d'être bien avec les autres aussi...
So amen pour les péchés
baisers
Naïel

petite photo où la maladie s'autorise à se montrer et à s'aimer dans la tendresse d'un regard , d'une émotion...

lundi, juillet 2 2007

ne plus se voiler la face: condamnéE à perpétuité...

ne plus se voiler la face: condamnéE à perpétuité...

condamnee_prpet.jpg

plein de choses à dire, plein de révoltes, d’humiliations récurrentes, de souffrance,bombes sur la fibro, la vie en bas débit, le silence, le bruit, l'envie de lâcher prise ...mais pas ce soir pas envie d'écrire la plainte, la lucidité, la blessure à vie, à mort, la condamnation à perpet...

just a picture...for this fucking life i don't want anymore

jeudi, novembre 23 2006

IPSO : Infinie Protection des Sans Ombre....

IPSO : Infinie Protection des Sans Ombre.... | 23 novembre 2006 | 26 novembre 2006

RETOUR_IPSO__copie.jpg

aller dans un institut spécialisé dans les maladies ayant un rapport avec la psyché pour se faire aider, trouver un fil...enfin le retrouver..., chercher une aide pour mettre en place des moyens personnels pour vivre"avec " la maladie...chercher un peu de soleil, d'espoir quelque part....et y trouver ça:



Un grand Chef de Service qui vous regarde de haut avec son assistant qui ne se présente même pas, ...Mr le Chef de Service a décidé d'ignorer la maladie...le désespoir...les suicides...les mutilations...l'urgence de la demande ...pour attaquer sur le problème du genre, tellement plus facile et visible...forcement tous les problèmes viennent de là...c'est non conforme à la différenciation sexuelle qui est à la base de notre société et de la psychanalyse...



Feindre de me prendre pour un garçon, me laisser parler une demi-heure, puis me poser des questions incongrues, pour me faire dire mais , je suis une fille...le faire répéter deux fois , et me demander ce que je ressens à ce qu'il me prenne pour un garçon gay..;sourires...pense-t-il que je suis assez conne pour ne pas voir sa manipulation perverse et pour faire de mon apparence une déficience, une anormalité qui engendre toute ma difficulté à vivre; à survivre avec la maladie...



alors, je lui ai répondu :"rien", que personne ne me prenait pour un garçon de face et quand je parlais....silence..."et vous savez que vous renforcez votre masculinité par votre apparence" ... pauvre con, masculin féminin ce sont vos normes à la con! C 'est pas pour ça que je suis là!



lui n'entendant que ce qu'il veut entendre, la non conformité d'un genre à son assignation sexuelle...et moi lasse d'entendre ces conneries qui sont hors sujet dans ma demande...



Alors MR le grand somaticien, là il faut que je parte, mais tout à l'heure je prendrais mon téléphone pour vous dire ce que je n'ai pas pu dire hier, par lassitude, par emmêlage de nœuds, par non attention de votre part à ce que je suis et pas à ce à quoi je ressemble....et en attendant je vais à mon RV et je vous emmerde!!!



Tous les psys ne sont pas comme vous, heureusement, par malheur vous formez des gens à votre vision réductrice de l'être....vous poussez les gens au suicide par votre discours normalisateur...heureusement mon désarroi s'est transformé en colère ce matin ...tchao à toute à l'heure au tel!


lundi, novembre 14 2005

duplicité...

vendredi, novembre 11 2005

dans le miroir ...suite...

dans le miroir ...suite...


samedi, septembre 24 2005

feeling so sad

feeling so sad 24/09/05

aujourd'hui je me sens si triste, j'ai perdu toutes mes illusions sur la seule chose qui me faisait bouger, évoluer, vibrer.......les relations humaines

je me sens si étrangère à ce monde dans lequel je suis censée vivre, et celà me ramène à un de mes écrits d'il y a quelques années (mai 2001) que je livre ici...rien n'a vraiment changé, i've just lost my rage for life....( la photo est de cette année)

Aujourd'hui tout est rouge.

Rouge de la douleur qui s'insinue au plus profond de moi. Rouge du charnier laissé par mes batailles intérieures qui n'en finissent plus de se dissimuler, de se calfeutrer, de se protéger comme un doux secret à préserver.

Rouge sentiment d'une solitude indépassable, l'étrangeté de l'extérieur qui défile comme un film au ralenti devant mes yeux.

Rouge bouillonnant de trop de présence à moi-même, de tant de questions qui tournent, retournent et se tordent sans réponse, de trop de manque de rien et donc de tout, de tant de désespoir face à la froide indifférence de l'être humain.

Rouge des illusions écorchées, piétinées par des regards bienveillants, regards vides et transparents qui fixent toujours un ailleurs, au-delà de nous.

Rouge de la haine que je porte à tous ceux que j'ai accompagnés et qui se sont détournés sans regard et sans parole.

Rouge désespoir d'un monde qui n'est pas mien, trop froid, trop lisse, trop terne pour le rouge bouillonnant de mes émotions.

Rouge du temps qui coule trop lentement et trop rapidement.

Rouge d'une volonté d'échanger, de partager, qui ne rencontre que des façades closes, le monde a si peu de temps pour l'écoute et la compassion, pour prendre soin des êtres humains qui le composent. Si peu de temps et si peu de présence véritable pour accompagner la souffrance et le doute, l'espoir et le désespoir, la joie et la tristesse. Il faut pourtant si peu de mots pour dire : "tu es là, tu existes aussi par ton absence dans mes pensées et dans mon être". Si peu de tant de choses, alors pourquoi si peu de personnes humaines dans ce monde, si peu de questions, de tendresse, de joies à partager ?

Je sais qu'il est vain de vouloir changer les autres, alors je change, moi. Je peux changer ma vision du monde mais pourrais-je y vivre ? Je ne veux plus de relations fusionnelles mais juste des relations véritables où l'autre est pris en compte en tant que tel, c'est à dire totalement différent et en partie à jamais étranger à moi-même. Mais ceci empêche-t-il d'avoir un minimum d'attention, de tendresse et de chaleur pour cet autre, même si l'on sait qu'on ne peut attendre qu'il comble le manque originel qui est en nous.

Actuellement, j'ai l'impression de donner des coups de pied dans le vide ou dans des murs, c'est la même chose et j'en ai marre de toujours me remettre en question. De toujours me dire que c'est moi, mon attitude qui provoque cela, que je suis incapable d'attirer l'attention et la relation vraie avec un autre. Je pense qu'au fond de moi, il y a quelqu'un de fondamentalement altruiste et bienveillant pour l'être humain.

Je ne veux pas vivre toute ma vie en ne rencontrant que des façades, des apparences muettes et froides, n'exister que dans u monde en décalage, un monde tout simplement un peu plus humain. Et je ne pense pas non plus m'adapter à ce mode de relations où le respect de l'altérité est nié.

Alors je ne sais plus quoi faire, que penser, j'ai cessé d'être un vaillant petit soldat qui donne toujours plus, qui tombe et se relève sans fin pour courir après des chimères, petit soldat qui accompagne et protège des monstres d'indifférence qui n'hésiteraient pas à lui planter un couteau dans le dos par inadvertance.

Mais j'en ai aussi marre de chercher en moi les raisons de cette inadaptation émotionnelle et je ne veux pas non plus vivre la vie des acteurs de ce film.

                                                      Natacha(mai 2001)

page 2 de 2 -