Du passé qui n'a pas existé

Du passé qui n'a pas existé


A force de vouloir tourner cette page

de notre histoire volée

Par ton déni et ta fierté

Les bords se sont cornés

Marquant à jamais

du sceau de l'indicible

de l'inmontrable/ de l'impensable

des cœurs qui battaient


de la fougue de notre premier baiser

Aux derniers mots jamais échangés

des nos corps qui n'en finissaient plus de se pénétrer

Au désir chaotique qui me traversait



des colères démesurées

qui vous tailladent le cœur

de mon besoin de liberté

de ton besoin de sécurité


De la haine/Amour que tu m'as porté

Au déni qui te fait avancer

de ce que nous n'avons jamais cédé

et de  ce que nous avons partagé


Il me reste un récit sans nom

mes souvenirs fragmentés , incomplets

face au vide que tu as créé

le récit n'a pu devenir histoire...


ironique situation

Que de faire le deuil d'un passé

qui n'existe pas...


il n'y a pas de tristesse, de haine, de colère, de chagrin ...possible

quand l'histoire devient un récit

quand de deux est devenu rien....(...)

Naïel le 20 avril 2H29

Commentaires

1. Le mercredi, avril 22 2009, 18:49 par 0july0

Rude pour toi, rudes mots.

En remarque, la forme est-elle volontaire?

2. Le lundi, avril 27 2009, 07:52 par Naïel

bah quand on commence à pouvoir écrire cela semble que le mot fin peut s'esquisser...j'aimerai le croire...
Pour la forme un petit souci de melange visuel et source je pense m'affiche les p; vais aller voir de ce pas

3. Le lundi, mai 4 2009, 14:26 par Smily_Lauriane

oui rudes mots/maux.
Faire le deuil d'un passé qui n'existe pas.. il y a-t-il un présent sans passé ?
La forme n'enlève rien au fond ;)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog.naiel.net/index.php?trackback/134

Fil des commentaires de ce billet