Mot-clé - genderqueer

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, juillet 10 2013

quelques photos de l'exposition "Borders identities": Aux marges des identitéS en ce moment à Marseille

Quelques photos de l'exposition "Borders identities": Aux marges des identitéS en ce moment à Marseille

http://blog.naiel.net/index.php?post/2013/06/29/Aux-marges-des-identit%C3%A9s-Borderline-identities-du-6-juillet-au-5-aout-sur-Marseille

0-WEB-P1010263.jpg

1_BIS-P1010265.jpg

2_WEB-P1010266.jpg

3_TER_-P1010274.jpg

3_WEB_-P1010269.jpg

4_WEB_-P1010270.jpg

samedi, juin 29 2013

"Aux marges des identités" "Borders identities" du 6 juillet au 5 aout sur Marseille

WEB_plaquette_border_identitiesaplatie.jpg

Borders identitieS

Aux marges des identitéS

Le concept d'identité, qui s'est largement répandu, voire « déversé » ,   depuis une trentaine d'années dans les espaces médiatiques et les analyses socio-politiques, vient essentiellement des luttes des minorités pour revendiquer leur reconnaissance et leurs spécificités (avec notamment la naissance des Black Panthers en 1966) en opposition à LA norme qui n'avait pas à se nommer et en retour à la violence faite aux minorités par les régimes politiques (légitimée par cette norme). C'est ce que je nommerai identitéS collectives politiques.

Mais l'identité, a d’abord été un un concept psychologique notamment avec Erik Erikson, psychanalyste, qui dès les années 30 et parce qu'il va être amené à côtoyer des anthropologues comme Abram Kardiner ou Margaret Mead, va jouer un rôle essentiel dans sa circulation. Ce même Erik Erikson va définir l'identité de l'individu.e comme un «  sentiment subjectif et tonique d'une unité personnelle et d'une continuité personnelle » ( 1972).

Freud, pour sa part, décrira l'identité d'un.e individu.e comme une construction caractérisée par des discontinuités et des conflits entre les différences instances ( le mois, le ça, le surmoi..).

La sociologie, elle, s’intéressera à définir et à analyser les interactions entre:

  1. L'identité personnelle, qui serait «  subjective » et qui comprendrait la consciente de soi et la représentation de soi, avec 3 caractéristiques:la constance, l'unité et la reconnaissance du même.

  2. Une identité sociale qui serait « objective » et qui comprendrait tout ce qui permet d'identifier de l'extérieur ( groupes d'appartenance divers, sous-groupes) et qui comprendrait les attributs des différentes catégories sociales où se rangent les individu.e.s. Ces identités sociales sont le plus souvent assignées ou prescrites.

Aujourd'hui, il est difficile de passer une journée sans qu'on nous demande notre identité, sa justification ( les papiers d'identité,notre « fonction sociale », notre sexualité...) et qu'on nous assigne des identités sociales en permanence en fonction des lectures qu'on peut faire de nous et des codes d'un régime politique hétéronormé, sexiste, xénophobe, raciste, validiste....

D'autres part , on utilise aussi la notion d’identité pour parler d'identité nationale et construire le corps blanc, hétérosexuel, mâle, viril, jeune..et valide qui viendra grossir le corps de la Nation.

Dans le langage tout-venant , l'identité est ce qui est censé nous constituer comme être unifié, stable, fixe et qui permet de dessiner en creux les troubles de l'identité. Ce qui construit des identités saines et des identités pathologiques et donc du normal et de l'a/normal ( quand on sait comment la fabrique du sain et du pathologique a été notamment construite par le corps médical au siècle des lumières, on peut se poser des questions quant à ces concepts et leur pseudo neutralité scientifique!).

La notion d'identitéS collectives politiques est pertinente et permet des luttes essentielles, mais comme a pu le montrer, entre autre le black feminism,les luttes identitaires ont leur limites quand elles se construisent sur une identité fixée à l origine, immuable et auquel le sujet-identitéS doit se conformer au nom de LA lutte ( le black feminism a mis à jour le fait que le féminisme américain était le fait de femmes blanches, bourgeoises, hétérosexuelles, qui occultaient et invisibilisaient les question de classe, de racisation, de genre et parlaient au nom de LA FEMME universelle. Ce qui dans la logique de régimes politiques post- coloniaux permet à certain.e.s de savoir mieux que les personnes concernées, comment les libérer ( la question du voile , en (f)rance, relève de ce régime post-colonial))..

Le sujet de cette exposition est au cœur de tous ces questionnement et impasses autour de la notion d’identité, telle qu'elle est pensée aujourd'hui, créant des frontières ( les sans-papièrEs vous en parleront mieux que moi) imperméables, fixes, toujours binaires, qui séparent et divisent au sein même des luttes.

Une des principales questions est : comment créer un sujet politique pertinent qui ne soit pas basé sur l' identité qui le définirait comme fixe, immuable, homogène, mais qui se créerait au fur et à mesure des luttes, se modifierait et en retour viendrait modifier le sujet politique , les luttes et les individu.e.s qui les constituent? Dépasser les identités collectives pour parler en terme de sujet politique, tout en ne niant pas l'existence d'identitéS collectives construites historiquement, tel pourrait être un des enjeux de la possibilité des luttes post-identitaires.

Cette exposition « parle «  plus précisément de « comment un.e individu.e vit, existe, résiste sans se faire « homogénéiser », tout en participant à des luttes? Et comment, en retour, les identitéS collectives , agissent sur l'individu.e?

Quels espaces/temps restent-ils à ces sujets qui sont dans les marges ( du genre, de la validité, …)? »

Les identités créant des cloisons peu perméables , les marges, qui sont des lieux où devraient se créer des pratiques et des vies d'empowerment, peuvent parfois ressembler aux chambres capitonnées des HP …

Tout ceci se passe bien loin des des théories universitaires queers et/ou post-identitaires, ce sont des vies de personnes au quotidien...

« Comment exister quand les luttes auxquelles on participe portent, dans leurs fondements, le cout de notre invisibilisation? »

« Comment s'empowermenter seul.e? »

Je terminerai par cet extrait d'un poème d' Henri MICHAUX ( «  Face aux verrous », 1967):

(...)Signes des dix mille façons d'être en équilibre dans ce monde mouvant

qui se rit de l'adaptation

Signes surtout pour retirer son être du

piège de la langue des autres

faite pour gagner contre vous, comme une

roulette bien réglée

qui ne vous laisse que quelques coups

heureux

et la ruine et la défaite pour finir

qui y étaient inscrites

pour vous, comme pour tous, à l'avance

Signes non pour retour en arrière

mais pour mieux «  passer la ligne » à chaque

instant

Signes non comme on copie

mais comme on pilote

ou, fonçant inconsciemment, comme on est

piloté

Signes , non pour être complet, non pour

conjuguer

mais pour être fidèle à son « transitoire »

Signes pour retrouver le don des langues

la sienne au moins, que, sinon soi, qui la

parlera?(...)

(...)Faute d'aura , au moins éparpillons nos

effluves.

Naïel, juillet 2013

dimanche, mai 19 2013

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 4

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 1

( autoportraits car mon chratTe ne voulait pas se lever pour poser..)

ce sont des essais de lumière pour mon projet avec ma copine chilette Collant....Juste un petit travail préparatoire pour se mettre en appétit..

WEB_MG_1793.jpg

Celle-là juste pour dire que mon corps , enfin ce que vous appelez "mon corps" , ne sera jamais conforme à vos réalités......à vos attentes....

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 3

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 1

( autoportraits car mon chratTe ne voulait pas se lever pour poser..)

ce sont des essais de lumière pour mon projet avec ma copine chilette Collant....Juste un petit travail préparatoire pour se mettre en appétit..

WEB_MG_1784.jpg

Celle là c'est juste pour voir mon dos! Oh my godE deviendrais-je un Ôm! non juste une tapette, une fiotte c'est déjà pas mal!

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 2

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 1

( autoportraits car mon chratTe ne voulait pas se lever pour poser..)

ce sont des essais de lumière pour mon projet avec ma copine chilette Collant....Juste un petit travail préparatoire pour se mettre en appétit..

WEB_MG_1778.jpg

Celle là c'est pour nos alliéEs du centre LGBT de paris qui sont les lauréats du prix de la transphobie interne aux LGBT , où j'ai appris que ( citation d'un militant trans d'OUtrans) " Moi maintenant je sais que je suis une meuf Trans FtM et que je suis addict à la nicotine et au Chardonnay parce que la transphobie ça me stresse trop"

M Diot on te dit.....!!! Il faut beaucoup  de talent pour écrire autant de conneries en 2 pages!

l'article à vomir est ici:

http://www.centrelgbtparis.org/IMG/pdf/GENRES_2013_01_JANVIER_WEB.pdf

et l'auteur qui vient de supprimer son texte car il s'est fait entartré

https://www.facebook.com/marc.diot


WEB_MG_1779.jpg


Allez une deuxième parce que ma souffTrans est intense !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Quand je dis cela je ne me moque pas des souffrances réelles que peuvent provoquer la transphobie. Je dis juste que celles-ci sont dues à la transphobie et non au fait d'être trans ou d'être un devenir trans..


19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 1

19/05/2013 essais au flash indirect + lumière naturelle autoportraits 1

( autoportraits car mon chratTe ne voulait pas se lever pour poser..)

ce sont des essais de lumière pour mon projet avec ma copine chilette Collant....Juste un petit travail préparatoire pour se mettre en appétit..

Celle- là c'est pour illustrer une de ses célèbres citations sur la souffrance obligatoire et nécessaire des trans, du fait d'être trans, et non  à cause de la transphobie d’état et médicale...!!

WEB_MG_1772.jpg

" Tous souffrent, ils sont même si pathétiques qu'ils finissent par entrainer les médecins dans un affolement de la boussole du sexe et obtenir d'eux au final, ce qu'ils ont décidé d'obtenir"

Et une en couleur parce que les trans ça souffre en noir et blanc et en couleur! ( je n'avais pas de paillettes sinon il y en aurait c'est certain! Et du strass)

WEB_MG_1773.jpg

vendredi, mars 22 2013

update: Diaporama sur les revendications Trans réalisé pour le TDoR 2012 Marseille/Nice

Diaporama sur les revendications Trans réalisé pour le TDoR 2012 Marseille/Nice

Journée internationale pour le souvenir des victimes de la transphobie

tdor_2013.jpg

diaporama en-dessous:


TDoR marseille Nice 2012 journée du souvenir trans from Naiel on Vimeo.

Diaporama sur les revendications Trans réalisé pour le TDoR 2012 Marseille/Nice

Journée internationale pour le souvenir des victimes de la transphobie

La journée internationale du TDOR (http://www.transgenderdor.org/) attire l’attention sur les violences subies par la personnes trans’.

A Marseille et Nice, le mardi 20 novembre 2012, SOS homophobie, Polychromes, l’Observatoire des Transidentités (ODT), l'Association des Transgenres de la Côte d’Azur (ATCA), AIDES, et les cinémas Les Variétés et le Mercury s’associent pour proposer des soirées ciné-débat en souvenir des personnes disp
arues, victimes de la transphobie.

*** A Marseille, au Cinéma les Variétés

A partir de 18h30: rétroprojection de photos de Naïel (http://naiel.net/): prises de vues de revendications pendant les marches EXISTRANS 2007-2012 (marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent).
Stands associatifs: , SOS homophobie, Polychromes, l’Observatoire des Transidentités (ODT), AIDES, présentation du livre Transyclopédie. Entrée libre.

19h00: "Transitando", de Géraldine Jonckers, Greta Gandini, Marti Galofré, Maru Gallardo Frantischechek et Migule A, réalisé dans le cadre du Master en anthropologie université de Barcelone, Espagne, 2009, 47min, VOST.
Tarif : participation libre
Suivi d’un débat “Transidentités : quelles situations, quelles revendications?” Parole libre, en présence de Karine Espinera et Maud-Yeuse Thomas (Observatoire des Transidentités), Pascal COURT (AIDES), Christophe Léger (SOS homophobie), Jacky Siret (Polychromes).

21h00 - Laurence Anyways, de Xavier Dolan, 2012. Tarif habituel

*** A Nice, au Cinéma le Mercury

A partir de 19h30: projection de prises de vues de Naïel Lemoine (http://naiel.net/): prises de vues de revendications pendant les marches EXISTRANS 2007-2012 (marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent).
Stands associatifs: SOS homophobie, Polychromes, l'Association des Transgenres de la Côte d’Azur (ATCA), AIDES, Entrée libre.

20h30, Transamerica, de Duncan Tucker, USA, 2005 VOST,
précédé de Mathi(eu), court métrage de Coralie Prosper et
suivi d’un débat en présence de Renée et Dana (ATCA), Thomas Cepitelli (SOS homophobie), Vincent Péchenot (Polychromes)
Tarifs : 7€50, 5€ pour les adhérents Polychromes.

*** Plus d'informations:

http://www.sos-homophobie.org/agenda/tdor-marseille-nice

* Polychromes: l'association culturelle LGBT de la côte d'azur
www.polychromes.fr

* Le TDoR sur wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_du_souvenir_trans.

http://www.transgenderdor.org/

* Naiel Lemoine: www.naiel.net

* L'observatoire des Transidentités (ODT) http://www.observatoire-des-transidentites.com/ est un site indépendant d’information et d’analyse sur les questions trans, inter et les questions de genre. Outre l’équipe permanente (L’équipe de ODT), il s’appuie sur un réseau d’acteurs-actrices de terrain, d’associations-partenaires et d’universitaires.

* L'association des Transgenres de la Cote d'Azur prend toutes initiatives pour l’insertion des personnes transgenres ;
propose un espace d’accueil, d’écoute et d’information ; promeut des actions fédératrices autour des transgenres et de leur entourage familial et socio-économique ; lutte contre les discriminations.

* Existrans http://existrans.org/: La marche des trans' et de ceux et celles qui les soutiennent

* Transyclopédie (à paraitre le 20/11/12): "Tout savoir sur les transidentités" aux Editions "Des ailes sur un tracteur"

Sur FB: http://www.facebook.com/pages/La-Transyclop%C3%A9die-tout-savoir-sur-les-transidentit%C3%A9s/265101960260058

* www.cinemetroart.com


TDoR marseille Nice 2012 par MyOwnPrivateGender
La journée internationale du TDOR (http://www.transgenderdor.org/) attire l’attention sur les violences subies par la personnes trans’.

A Marseille et Nice, le mardi 20 novembre 2012, SOS homophobie, Polychromes, l’Observatoire des Transidentités (ODT), l'Association des Transgenres de la Côte d’Azur (ATCA), AIDES, et les cinémas Les Variétés et le Mercury s’associent pour proposer des soirées ciné-débat en souvenir des personnes disp
arues, victimes de la transphobie.

*** A Marseille, au Cinéma les Variétés

A partir de 18h30: rétroprojection de photos de Naïel (http://naiel.net/): prises de vues de revendications pendant les marches EXISTRANS 2007-2012 (marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent).
Stands associatifs: , SOS homophobie, Polychromes, l’Observatoire des Transidentités (ODT), AIDES, présentation du livre Transyclopédie. Entrée libre.

19h00: "Transitando", de Géraldine Jonckers, Greta Gandini, Marti Galofré, Maru Gallardo Frantischechek et Migule A, réalisé dans le cadre du Master en anthropologie université de Barcelone, Espagne, 2009, 47min, VOST.
Tarif : participation libre
Suivi d’un débat “Transidentités : quelles situations, quelles revendications?” Parole libre, en présence de Karine Espinera et Maud-Yeuse Thomas (Observatoire des Transidentités), Pascal COURT (AIDES), Christophe Léger (SOS homophobie), Jacky Siret (Polychromes).

21h00 - Laurence Anyways, de Xavier Dolan, 2012. Tarif habituel

*** A Nice, au Cinéma le Mercury

A partir de 19h30: projection de prises de vues de Naïel Lemoine (http://naiel.net/): prises de vues de revendications pendant les marches EXISTRANS 2007-2012 (marche des trans et de celles et ceux qui les soutiennent).
Stands associatifs: SOS homophobie, Polychromes, l'Association des Transgenres de la Côte d’Azur (ATCA), AIDES, Entrée libre.

20h30, Transamerica, de Duncan Tucker, USA, 2005 VOST,
précédé de Mathi(eu), court métrage de Coralie Prosper et
suivi d’un débat en présence de Renée et Dana (ATCA), Thomas Cepitelli (SOS homophobie), Vincent Péchenot (Polychromes)
Tarifs : 7€50, 5€ pour les adhérents Polychromes.

*** Plus d'informations:

http://www.sos-homophobie.org/agenda/tdor-marseille-nice

* Polychromes: l'association culturelle LGBT de la côte d'azur
www.polychromes.fr

* Le TDoR sur wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Journ%C3%A9e_du_souvenir_trans.

http://www.transgenderdor.org/

* Naiel Lemoine: www.naiel.net

* L'observatoire des Transidentités (ODT) http://www.observatoire-des-transidentites.com/ est un site indépendant d’information et d’analyse sur les questions trans, inter et les questions de genre. Outre l’équipe permanente (L’équipe de ODT), il s’appuie sur un réseau d’acteurs-actrices de terrain, d’associations-partenaires et d’universitaires.

* L'association des Transgenres de la Cote d'Azur prend toutes initiatives pour l’insertion des personnes transgenres ;
propose un espace d’accueil, d’écoute et d’information ; promeut des actions fédératrices autour des transgenres et de leur entourage familial et socio-économique ; lutte contre les discriminations.

* Existrans http://existrans.org/: La marche des trans' et de ceux et celles qui les soutiennent

* Transyclopédie (à paraitre le 20/11/12): "Tout savoir sur les transidentités" aux Editions "Des ailes sur un tracteur"

Sur FB: http://www.facebook.com/pages/La-Transyclop%C3%A9die-tout-savoir-sur-les-transidentit%C3%A9s/265101960260058

* www.cinemetroart.com

photos de l'événement ici:

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.369985403092462.88253.164878463603158&type=1

exposition 5eme festival de lutte contre les discriminations -Montpellier -du 2 au 19 avril 2013

07_n.jpg

08_o.jpg09.jpg

Les autres artistes sont présentéEs ici:

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.360663920719223.1073741833.352641778188104&type=1


le programme:

01n.jpg

02_n.jpg

03n.jpg

04_n.jpg

05.jpg

06_n.jpg

Quelques photos ici:

https://www.facebook.com/352641778188104/photos/t.1538242185/368540239931591/?type=3&theater

https://www.facebook.com/352641778188104/photos/t.1538242185/368540233264925/?type=3&theater

https://www.facebook.com/352641778188104/photos/t.1538242185/368540046598277/?type=3&theater

samedi, décembre 29 2012

No direction 2

WEB_MG_1165.jpg

vendredi, décembre 28 2012

No direction

No direction

this is not My direction , just because in this f...binary world there is no way for others...i think some peole i know, are in the same situation...empowerment is possible with community..not alone...alone it's just a f word like bullshit...between dyke trans genderqueer and feminist identities...homo/hetero ..you're everywhere so you're nowhere...gender is nothing and all in te same time...whatever we could say, ....it defnies all yours socials relations....gender is not about feelings, it's just political...and whatever we could act with our body, tell...there will always be just gender not no gender or genders...that's mean that sexism, homophobie, transphobie would never disapear

vendredi, septembre 7 2012

interview pour L'observatoire des transidentités aout 2012 / parution septembre 2012

ossier queer arts : observatoire des transidentités aout/sept 2012

Lire la suite...

dimanche, août 19 2012

Trans/Jections serie 1 image 1

TRANSJECTION 1_naiel

Trans/Jections serie 1 image 2

TRANSJECTION 2_naiel

Trans/Jections serie 1 image 3

TRANSJECTION 3_naiel

Trans/Jections serie 1 image 4

TRANSJECTION 4_naiel

Trans/Jections serie 1 image 5

TRANSJECTION 5_naiel

Trans/Jections serie 1 vue d'ensemble et texte

 

Trans/Jections

Cette série est un essai , à un moment donné, de se projeter dans un avenir incertain et inconnu , alors qu'une modification corporelle est en cours à l'intérieur de mon organisme.

Comment me penser de moi à moi, pendant le processus incessant de transformation de mon être provoquée par l'administration d'une technologie dite "de genre", mais qui a d'abord été une technologie "de dopage", pour lutter contre une maladie qui envahit mon être?

Comment me projeter dans un paraître dont je n'ai pas fait le choix?

Ce par/Être qui n'est choisi par aucun être humain, mais qui , là, aura à moyen ou long terme , pour conséquence de me faire basculer dans une lecture genrée radicalement différente?

Comment me penser dans ma contradiction interne de refus du genre et de la conséquence inévitable de mon expérience médicale? Et ce "me penser", c'est aussi et surtout penser les effets du par/être au sein d'un système binaire.

Comment le changement radical des interactions sociales, du à cette nouvelle lecture de moi par les autres, va en retour me changer? Et comment parer à ce par/être?

Cet essai n'a pas de fin en soi, c'est une exploration par l'image des interactions permanentes et infinies de tous les processus qui nous cons/dé/re/truisent et nous font advenir ou non en tant qu'être humain ( tel qu'il est défini par la société dans laquelle nous vivons).

Trans/Jections série 1:

shoots réalisés avec un 550D canon n en juin 2011, diptyques commencés en janvier 2012 terminés en aout 2012.

vue d'ensemble:

TRANSJECTION 1_naiel

TRANSJECTION 2_naiel

TRANSJECTION 3_naiel



TRANSJECTION 4_naiel

TRANSJECTION 5_naiel

lundi, juillet 2 2012

So so friendly...

                                                                                 So so friendly...

we're so

fucking strangers

but

that it's really matters?

En fait ,

ça leur donne /

juste

ce droit /

si naturel

cette toute puissance de/

penser/

qu'iels ont toute légitimité/

à

t'assigner/te réassigner/ te genrer

et

t'allumer/

sans conséquences

car

statut d'animal/

même pas tu as

So so friendly

it's so

cute/

to think about /

no gendered boïs

No gendered womîns

so cute / so friendly/ so fashion you are.....

but / in fne

i'm just

a THING/

with which /

any gendered people can Play with/

it doesn't matters

because of ...

because of what?

Because for a lot of people

i'm just /

rather than/

a dog

rather than/

a cat ...

rather than YOU?

so cute / so friendly/ so fashion you are.....

i don't belong

TO this so inhuman world:

so they can

DO/

Whatever they want/

at an inthinkable Thing

Not human

just a thing

you can play with

like a

fucking hass hole you are

Heteroland or homoland

what's the difference?

so cute / so friendly/ so fashion you are.....

they think

they're belonging to humanity

But

but/

what kind of humanity

can think /believe an JUGdJE

who can

belong to a f.. humanity/

defining by so so straight people

straighter than

a catholic heterosexual white man

no /

more....

so cute / so friendly/ so fashion you are.....

sous couvert de

tolérance/

posture à la mode/

sur Mars ou ailleurs

Tolérance

ce mot que je

Hais

ce

Oui..MAIS...

pas de çA /

chez moi

yes, i hate friendly people

a lot of

because of

what?? /

because i'm just a no case

between

lesbian and trans?

Someone

ah , no / i forgot

something

you can surely

very surley/

put me in one or other case

someone no gendered

people

who is too much

or /

not so/

in this fucking binary world

so cute / so friendly/ so fashion you are.....

someONE/you can play with

like a

CONSOMMATION'S OBJECT

that you can throw out

like

nothing/

But you're so cute/ so fashion/ so friendly

that you can't tell it

it's not politically /

CORREct

but

you're thinking so much

about

but, you know

althought you 're thinking

that you're so , so

open minded

you're just like

those fucking bricks

in THIS wall

this wall

you believe

you 're breaking it

you're just a logical Part of IT

so cute / so freindly/ so fashion you are.....

So/

Don't lie to You

accept /

you want to be a part of /

theWall/

and

you're deciding

WHO/

no /

what/

is In /

or/

OUTside This wall....

01/07/2012 2H et des brouettes

vendredi, mars 2 2012

« Désa-corps : Corps non-normés » Février 2012/ photo 2:As a sissy boï, as a fem,..../ a-Normal-E

2_AS_A_SSISY_BOI_AS_A_FEM.a-normal-E_WEB.jpg

As a sissy boï, as a fem,..../ a-Normal-E

texte ici

http://blog.naiel.net/index.php?post/2012/03/02/Participation-au-concours-photo-th%C3%A8me-%3A-%C2%AB-D%C3%A9sa-corps-%3A-Corps-non-norm%C3%A9s-%C2%BB-F%C3%A9vrier-2012/-texte-et-photo-1%3A-nor-m%C3%A2le/-nor-mal-e/a-normal-E

« Désa-corps : Corps non-normés » Février 2012/ texte et photo 1: nor-mâle/ nor-mal-e/a-normal-E

1_nor male- nor-mal-e  a-normal-E

Normâle/nor-mal-e/ a-normal-E

                                                                                           Désa-corps/corps non normés

                                                                                            désa-corps?.. Avec qui ? Avec quoi?

                                                                                       Corps non normés?.. Le corps? Les normes?


Le corps n'est pas un fait donné d'emblée. Il n'y a pas d'ontologie au corps. Il est une production historique dans une société donnée et à un moment donné. ( Il en va de même pour le concept de corps sexué ou genré, les deux concepts ayant tendance à se confondre et à se superposer par la naturalisation de l'un par l'autre; le genre produit le sexe et non l'inverse).
On peut retrouver les étapes de la fabrication du corps sexué dans les sciences médicales notamment qui ont produit certains savoirs situés , qui ont donné lieu à des discours sur le corps , et qui ont fabriqué ce concept tout en l'invisibilisant par un processus de naturalisation.
Il n'en est de meilleur exemple que les crises répétées de ces concepts ( mais présentés comme faits de nature) à travers le temps et l'acharnement déployé par les discours dominants pour les maintenir à tout prix; qui ne montre rien de plus qu'une volonté de maintenir un système politique de production et de régulation des corps par un groupe dominant sur des groupes dominés ( la recherche médicale incessante pour déterminer le "vrai sexe" d'un-e indivu-e et qui est toujours tenue en échec, la non divulgation des recherches qui invalident la différentiation et la supériorité par nature de la classe des hommes sur celle des femmes et de touTEs ceulLEs qui ne sont pas des "vrais hommes" blancs et hétérosexuels,...).
On peut assez rapidement dire qu'en ce qui concerne le corps sexué ou genré, que  les savoirs et discours dominants ont produit une norme de corps genré comme fait de nature:notre société fabrique des corps genrés ( sexués):elle fabrique des hommes et des femmes. Le sexe est un des premiers marquage du corps produit par le concept de sexe.et qui vient révéler celui-ci....

Chaque personne, pour advenir en tant que sujet, a été fabriqué par ces normes en tant que corps sexué (genré) entre autres. Bref ,votre corps ( produit par des normes, façonné par le concept de sexe,...) vient  par un fabuleux tour de passe passe dire le sexe ( qui a produit des corps sexués)...un peu étrange de prendre un effet pour cause, non?

Et, il arrive que parfois, la machine à fabriquer du genre fabrique des "ratés du genre".De sublimes ratés du genre qui viennent littéralement mettre à nu toute cette production invisibilisée du genre et des corps sexués, ces faits de nature si évidents et immuables!
Parce qu'à partir du moment où les concepts de genre, de sexe de corps qui se produisent et s'entrecroisent mutuellement sont des normes, on peut les contester, produire d'autres corporalités qui viennent mettre en péril les discours dominants. Ces corporalités si déviantes qu'elles doivent être réprimées et régulées,  ( comme le sont les corps trans , les corps des femmes...).

Ces photos montrent le point de vue d'un-e sujet-e a/normalE, déviant-e, qui fabrique sa corporalité comme un outil de contestation des normes de genre et de corps. D'habitude, les anormalEs sont toujours appréhendé-e-s comme objet de savoir par les expert-e-s des groupes dominants et n'accèdent au statut de sujet que s'ilLEs sont régulé-e-s et re-fabriquéEs par les groupes dominants pour maintenir et parfois renforcer les normes ( ou le discours dominant).
Ici , plus précisément , c'est le regard d'une corporalité trans-formée, volontairement, d'une corporalité en dé/re-construction , en dé/re-signification qui interroge les normes de genre qu'on lui demande de performer pour accéder au statut de sujet. ( photo 1).

Et parce que, bien qu'on puisse  refuser les assignations et réassignations continues au genre et refuser l'injonction qui les précède , on ne peut s'y soustraire complètement, il est vital de produire des re-significations diverses qui continuent à mettre en crise le genre et ses représentations. Celles ci sont multiples, variables suivant l'espace /temps et surtout demeurent de l'ordre de l'impensable; car ne pouvant être appréhendées que par la grille de lecture ( fournie par les dominants) binaire du genre. ( photo 2).

Alors, s'il existe un quelconque désa-corps, il est social et politique et non privé et personnel: il est entre la production naturalisée des hommes et des femmes et des corporalités issues de l'échec de cette fabrique...Des a/corps,  qui en s'appropriant les moyens de production du genre, viennent désa-ccorder la partition hégémonique du genre qui voudrait rythmer nos vies.
                                
Naïel, 23/02/2012

- page 2 de 5 -